Testata


De la revue Science et Foi n° 55 - an 2000

Les hydrates de méthane et le Carbone 14

P. DEQUENES

D'après un article du Figaro du 08/10/99 (tiré de la Revue pour la Science d'octobre), on estime que les hydrates de méthane présents au fond des océans contiennent deux fois plus de carbone que la totalité des gisements connus, de gaz naturel, de pétrole et de charbon. Ce trésor difficile à exploiter, constitue un danger pour l'environnement car l'oxydation du méthane libère du gaz carbonique. Les climatologues admettent que le méthane libéré dans le passé a eu de profonds effets sur le climat et en particulier un réchauffement de l'atmosphère d'environ 2 degrés.

Un aspect intéressant, non traité dans l'article, est la modification de la teneur en C14 de l'atmosphère par l'apport de grosses quantités de C12 dans le passé, par exemple lors des 7 cataclysmes qui ont précédé le déluge universel.
Cet effet s'ajoute à celui de l'arrivée massive d'eau, provenant des entrailles de la terre, lors du déluge universel et donc dépourvue de C14. Le C14 de l'atmosphère a donc été très dilué par ces deux effets.

Aussi, la teneur en C14 de l'atmosphère n'est pas à l'équilibre aujourd'hui. D'après Walt Brown(1), la production est de 28 à 37 % supérieure à la décroissance. Le taux d'équilibre continue donc à croître. Et les âges C14 sont donc artificiellement vieillis d'une manière très importante. Par ex.: à un âge C14 de 10 000 ans correspond un âge réel de 3200 ans environ et à un âge C14 de 5000 ans, un âge réel de 2000 ans environ. (je tiens une note de calcul à la disposition des amateurs).

L'hypothèse de base de la méthode de datation au C14 est donc grossièrement fausse et les âges C14 même corrigés n'ont aucune valeur. BARNES (2) estime même que cet effet limite l'âge maximum de la terre à moins de 12.500 ans.


1. In the beginning - Center for research creation Phoenix AZ - 1995
2. Origine and destiny of earth's magnetic field Masterbooks - 1983

Ceshe - 2020