Testata


LES PHARAONS DU MOYEN EMPIRE

SCIENCE ET FOI n° 85 octobre 2007


Yves NOURISSAT


La présente conférence sur les pharaons du Moyen Empire qui résume le deuxième tome de la Véridique Histoire de l'Egypte Antique de Crombette est tout à fait d'actualité. Elle montre en effet que contrairement à l'opinion répandue aujourd'hui et lorsqu'on les traduit bien, les inscriptions hiéroglyphiques témoignent de la présence des patriarches bibliques en Egypte et que comme le dit Moïse dans le Livre de la Genèse, Dieu bénit ce pays à cause de Joseph: c'est sous sa vice-royauté qui dura près de 80 ans que la paix régna le plus longtemps dans le pays des pharaons Pasteurs et que la puissance de ceux-ci atteignit une apogée inégalée. Joseph est ainsi une figure du Christ-Roi et des saints monarques catholiques tels que Saint Louis par les bienfaits qu'il répandit sur le monde antique. Son histoire est un témoignage sur la bonté de Dieu qui se penche sur l'humanité idolâtre ou apostate pour lui donner de bons princes et la ramener au culte de la Sainte Trinité.

Nous allons étudier les dynasties en partant de la XIe et en allant jusqu'à la XVIIe. Mais comme elles ont été en partie simultanées, nous présentons un tableau d'ensemble réalisé par Fernand Crombette à la fin de son volume.1

XIe DYNASTIE THEBAINE

C'est Mentouthès II, régnant après les quatre Anaménès et Mentouthès 1er, qui inaugure le Moyen Empire en 1903 en établissant une monarchie quasi absolue sur toute l'Egypte. Jamais encore il n'y avait eu une telle concentration de pouvoir dans le pays sauf vers la fin de la IVe dynastie. C'est Manéthon qui a donné à cette période le nom de Moyen Empire qui marque la fin de l'émiettement des pouvoirs qu'avait connu l'Ancien Empire.

Mentouthès II avant de se nommer "Fils légitime de Rê" se pare du titre de "Seigneur des architectes" car il se fit construire une somptueuse nécropole à Dêr-el-Bahri au nord de Thèbes. Il se dit également dans ses inscriptions "Le maître supérieur des prêtres du premier soleil" car il imposa le culte thébain dans toute l'Egypte et également "La terreur des rois de la mer qui a chassé les chefs régionaux; le chef qui a établi qu'on s'avancerait au loin sur les divisions du fleuve, qui a levé les empêchements qu'étaient les frontières bouches et développé la navigation." En 1893 le roi s'associa son fils Mentouthès III qui régna à partir de 1878.

Ce souverain dut affronter une situation très difficile par suite d'une période de très basses eaux qui se produisit à partir de 1877 environ. L'année suivante qui était pourtant celle du troisième centenaire de l'institution des jubilés créés pour obtenir de l'eau, la crue du fleuve se produisit avec un retard de 47 jours et son volume ne fut que d'un dixième de la normale. Sans compter exclusivement sur les sacrifices humains pour ramener l'abondance, Mentouthès III fit ensemencer de plus grandes superficies et pratiquer le rationnement. C'est pourquoi son nom a parfois été représenté par un champ ensemencé et que le roi se dit: "Celui qui nourrit la nation avec mesure et qui prend soin des passants, qui a constitué des tas de froment pour nourrir raisonnablement la Haute et la Basse-Egypte."

C'est à cette époque que, selon la Bible, la patriarche Abraham vint en Egypte. Celui-ci, né en 1946 avant Jésus-Christ, reçut de Dieu alors qu'il avait 75 ans, c'est-à-dire en 1871, l'ordre de sortir d'Haran pour aller dans le pays de Chanaan. Lorsqu'il fut arrivé, "Il alla encore plus loin, marchant toujours et s'avançant vers le midi. Or il s'était produit une famine sur la terre. Abraham descendit en Egypte pour y passer quelque temps parce que la famine était grande sur la terre. Lorsqu'il était près d'entrer en Egypte il dit à Saraï sa femme: "Je sais que vous êtes belle et que quand les Egyptiens vous auront vue ils diront: 'c'est la femme de cet homme-là' et ils me tueront et vous réserveront. Dites donc, je vous supplie, que vous êtes ma sœur afin que ces gens-là me traitent favorablement à cause de vous et qu'ils me conservent la vie en votre considération." Abraham étant ensuite entré en Egypte, les Egyptiens virent que cette femme était très belle. Et les premières personnes du pays en ayant donné avis à Pharaon, et l'ayant fort louée devant lui, elle fut enlevée comme femme dans la demeure de Pharaon. Ils en usèrent bien à l'égard d'Abram à cause d'elle et il reçut des brebis, des bœufs, des ânes, des serviteurs, des servantes, des ânesses et des chameaux. Mais le Seigneur frappa de très grandes plaies Pharaon et sa maison à cause de Saraï, femme d'Abram. Et Pharaon ayant fait venir Abram lui dit: "Pourquoi avez-vous agi avec moi de cette sorte? Que ne m'avez-vous averti qu'elle était votre femme? Voilà donc maintenant votre femme; prenez-la et vous en allez." Et Pharaon ayant donné ordre à ses gens de prendre soin d'Abram, ils le reconduisirent avec sa femme et tout ce qu'il possédait. Abram étant donc sorti de l'Egypte avec sa femme et tout ce qu'il possédait, et Lot avec lui, alla du côté du midi. Il était très riche et il avait beaucoup d'or et d'argent. Il revint par le même chemin qu'il était venu." Et Flavius Josèphe ajoute: "Dieu arrêta l'injuste passion du roi Pharaon par la maladie et le trouble qui se mit dans ses affaires; et comme il eut demandé comment il pourrait être délivré de ces maux, les prêtres lui déclarèrent qu'ils étaient un effet de la colère divine, parce qu'il avait voulu faire outrage à la femme d'un étranger." C'est donc par ses devins que le pharaon connut l'exacte situation de Saraï par rapport à Abraham.

Nous savons d'ailleurs par des documents égyptiens eux-mêmes qu'un moment tout alla au plus mal en Egypte. L'Ecriture Sainte trouve en eux une confirmation. Abraham avait quitté Haran en 1871. Il lui fallut plusieurs mois pour franchir les quelque 1000 kilomètres qui le séparaient de la frontière égyptienne. Saraï ne dut donc être présentée au pharaon qui résidait à Thèbes, à l'autre extrémité de l'Egypte, que dans le cours du second semestre 1871. L'année suivante, la famine prit fin et Abraham pouvait rentrer en Chanaan au moment de la récolte de 1870, soit au printemps. Son séjour en Egypte n'avait donc pas duré un an.

Le fils de Mentouthès III, Mentouthès IV, lui succéda en 1866. Mais en 1860 Amménémès 1er déposa la famille souveraine régnante et fonda une dynastie nouvelle. Un des noms du pharaon confirme ce fait historique: "Le juste a été pris par l'injuste, mis en prison et déposé." Ainsi s'achève la XIe dynastie thébaine.

XIIe DYNASTIE THEBAINE

Le fondateur de cette dynastie est Amménémès dont nous venons de parler et qui commença à régner vers 1870 en Haute-Egypte où il était vizir de Mentouthès III à Thèbes. Il se dit dans une inscription: "Celui qui a sauvé les portiques des temples de la capitale; le sauveur qui s'est astreint à y fixer sa principale demeure; celui qui est plus que les autres sauveur." Il lutta contre la famine en aménageant le Fayoum, ce qui lui valut le titre de Sésostris, le triple sauveur. Il prit aussi le titre de Saïtès ou Salitis qui est à l'origine du mot sultan. Par la suite, il devint maïtre suprême de tous les trônes unis d'Egypte. Son nom s'interprète de la façon suivante: "Le maître des limites des canaux, qui a pris à tâche de circonscrire les dimensions des nomes à leur étendue initiale et de garantir le cours des eaux." Vers 1853 il associa à son trône son fils Sésostris 1er et mourut en 1844.

Sésostris 1er se nomme: Celui qui a fait tasser de la terre pour construire une digue dans le creux du Laurier-rose inférieur." Il fit donc poursuivre les travaux d'endiguement du Fayoum. Il fut un très grand roi par la concentration des pouvoirs qu'il avait réunis en ses mains, mais on ne note pas d'événement remarquable au cours de son règne.

Sous celui de son successeur Amménémès II, l'Egypte dut souffrir de longues périodes de basses eaux. Pour y obvier, celui-ci prit une série de mesures que rappellent certaines de ses inscriptions comme la suivante: La grande digue ayant atteint les écluses, les jardins ont été avancés dans l'emplacement des eaux en un grand nombre de séparations produisant des moissons, pour préserver de la famine les régions inférieure et supérieure; de même on a accompli dans les régions des puits des sondages à la tarière pour en augmenter le nombre; on a fait pêcher dans la mer; on a réalisé l'égalité dans les irrigations et on a diminué les lavages." Ce pharaon mourut assassiné par ses eunuques en 1771 comme en témoigne une inscription.

Vint ensuite Sésostris II qui fut roi de plein exercice pendant 19 ans et roi principal pendant 11 ans. Il eut d'abord sa résidence principale à Kahoun dans le Fayoum. Dans une de ses inscriptions, il déclare avoir rassemblé des ouvriers habiles pour bâtir une maison où l'on s'égare. Il s'agit du Labyrinthe construit par Dédale à l'image de celui de Crête. Cette construction de 30.000m2 avait pour but d'y déposer les corps des crocodiles sacrés. Voici ce qu'en dit Hérodote qui l'a visité: Je l'ai vu, et il est vraiment au-dessus de ce que l'on peut dire. Qu'on fasse la somme des constructions , des ouvrages d'art que les Grecs ont produits; ils paraîtront inférieurs à ce Labyrinthe et du côté du travail, et du côté de la dépense; pourtant le temple d'Ephèse, le temple de Samos méritent bien qu'on en parle. Déjà les pyramides étaient au-dessus de ce qu'on peut dire... mais le Labyrinthe dépasse encore les pyramides. Il comprend 12 cours couvertes dont les portes se font face les unes aux autres, six tournées du côté nord, six vers le sud, contiguës, enveloppées par un même mur extérieur. Il y a là deux séries de salles, les unes souterraines, les autres au-dessus du sol, sur les premières, au nombre de 3000, chaque série étant de 1500. Nous avons vu et parcouru nous-mêmes les salles qui sont au-dessus du sol, nous en parlons d'après ce que nous avons constaté de nos yeux; sur les salles souterraines, nous nous sommes renseignés verbalement; car ceux des Egyptiens qui en ont la garde n'ont absolument pas voulu nous les montrer, alléguant qu'il s'y trouve les sépultures des rois qui, au début, construisirent ce Labyrinthe et celles des crocodiles sacrés." Le Labyrinthe ne fut achevé que sous le règne d'Apophis le Grand en 1663. Un des buts de ce monument est dévoilé par une inscription de Sésostris II: "La demeure des grands rois, la grande porte du ciel dans la partie interne de laquelle ils auront une fin semblable." Il s'agissait de décourager les voleurs qui voudraient s'approprier les richesses qui y étaient accumulées. Sésostris II mourut sans enfant en 1761.

Son jumeau Sesostris III était promis par les oracles aux plus hautes destinées comme en témoigne une de ses inscriptions qui déclare à son sujet: "Celui que la multitudes des devins de Thèbes avait imposé comme grand Seigneur suprême et maître d'une multitude éloignée, le dieu Nêb l'a fait venir au-dessus de tous les rangs, l'a fait plus grand qu'il n'avait jamais été révélé." Il eut le règne le plus long de la XIIe dynastie, de 1785 à 1754. Les écussons montrent qu'il a aimé la gloire. Ses campagnes le portèrent aux extrémités de l'Asie Mineure. Il était protégé des Hyksos de la XVe dynastie dont nous parlerons plus tard.

Amménémès III a achevé le lac Moéris à l'emplacement du Fayoum. Une de ses inscriptions datant de 1770 dit que "l'entourage du bassin où le fleuve se déverse pour prévenir les crues plus grandes que les autres est terminé." Ces travaux demandèrent près de 18 ans et représentèrent un volume de matériaux mis en œuvre de 100.000.000m3. Ce pharaon se montra toujours déférent à l'égard du roi pasteur de Tanis car il lui devait d'avoir été admis à la vice-royauté. Il régna près de 50 ans jusqu'en 1753.

Son fils Amménémès IV fut admis à la vice-royauté à la mort d'Amménémès II en 1771. Il mourut en 1743. C'est de son co-règne avec Amménémès III que semble dater l'usage de la monnaie en Egypte car une de ses inscriptions se lit: "Celui qui s'est procuré le revenu de la vallée en pièces de monnaie." Il poursuivit les travaux du Labyrinthe mais ne les acheva pas. Il laissa son trône en mourant à son épouse et sœur que les Grecs appellent Skhèmiophis Adelphè.

Celle-ci a un nom hiéroglyphique qui se lit: "Le corps apprêté d'Aphrodite vivant avec une nature sauvage lui a permis d'en faire la conquête par la douceur." Cette même inscription peut se comprendre par le copte: "La belle qui plait beaucoup au Pasteur puissant guerrier; qui a multiplié les parfums pour Anak,; qui, élégante plus que toute autre, lui convient d'une manière particulière; qui a le gage assuré de l'hymen." La XIIe dynastie s'achève donc par le mariage de sa dernière héritière avec le roi Pasteur Bnon comme le confirme une inscription: "La grande maîtresse du grand monument funéraire, Suzanne, vers Bnon, désolée, a levé des yeux amoureux; les maisons glorieuse et divine sont liées par le mariage; elle est aimée avec intensité vraiment beaucoup plus que les autres passées." Puis plus loin: "Jusqu'à présent solitaire, Suzanne s'est mise de nouveau de moitié avec le grand seigneur protecteur des deux pays; ainsi la gloire militaire du roi qui rejette l'ennemi combattu s'est beaucoup multipliée par la gloire de son épouse." Et enfin: "La belle plaît beaucoup au Pasteur Bnon vers qui Suzanne désolée a levé les yeux avec amour; les maisons glorieuse et divine se sont liées par le mariage en face des rejetons supérieurs à qui récemment des domaines ont été attribués." il s'agit là de la création de la XIIIe dynastie qui coïncide avec la fusion de la XIIe et de la XVe par le mariage de Suzanne avec Bnon.

/// - ///
carte 1

XIIIe DYNASTIE THEBAINE
La période de l'histoire d'Egypte concernant les XIIIe et XIVe dynasties est très obscure pour les égyptologues imbus de la théorie successorale de Champollion. Hérodote dit que douze pharaons se seraient divisé le pays à l'époque où fut construit le Labyrinthe. Crombette a pu montrer grâce au Papyrus de Turin, à la Table Karnak, à diverses inscriptions et à Manéthon qu'il y eut à cette époque simultanément sept pharaons en Moyenne et Haute-Egypte et en Nubie appartenant à la XIIe dynastie et cinq dans le Delta appartenant à la XIVe. Soit en tout soixante rois à répartir sur sept trônes pour la première. La période couverte va de 1740 à 1663, année où le patriarche Joseph prit comme ministres comme nous le verrons les douze derniers rois des XIIIe et XIVe dynasties. Les capitales de celle-là étaient comme on le voit sur la carte 1 Silsilis, Thèbes, Hypsélis, Cusæ, Crocodilopolis, Meae et Napata. Nous ne nous intéresserons qu'aux derniers pharaons de chaque trône qui parlent presque tous de Joseph.

1) Celui de Napata a un nom qui se traduit de deux façons: Celui qui participe à l'autorité du roi élevé est digne de la vénération de ceux qui n'ont pas l'intelligence du fleuve." et aussi: "Le songe des gerbes venu au roi était caché; le sage seul est arrivé à l'interpréter et même à exposer les remarques de bon sens pour agir en conséquence."

2) Celui de Meae a un scarabée qui est une invocation à Joseph: "Seigneur qui es semblable au docteur des paroles plus grandes que les autres, envoie aux agriculteurs des moissons qui répandent à la multitude une plus grande nourriture."

3) Celui de Silsilis a un nom qui se comprend: "Le sauveur par excellence qui participe à l'autorité a aussitôt fait connaître le sens des signes célestes." et encore: "Le songe du roi étant émis, le Sauveur en a livré d'un seul coup l'intelligence; il en a fait une révélation subtile et il a donné des observations de bon sens pour agir en conséquence."

4) Celui d'Hypselis se comprend: "celui qui a reçu une part d'autorité du grand roi et de celui qui est le prophète du grand roi." et encore: "La sagesse a ordonné pour faire en sorte que l'on ait sa suffisance, de planter outre mesure, d'étendre plus le flux, d'assurer la protection des champs." Il assista au mariage de Joseph comme en témoigne une de ses inscriptions: "Marié en présence de ceux qui siègent, avec la grande chanteuse de Neith, la tisserande, il a chargé les greniers de grands monceaux pour donner des bouchées à la multitude dont il a compassion."

5) Celui de Cusæ s'interprète: "Celui qui participe à l'autorité du roi élevé a eu l'intelligence des corbeilles pauvres et riches."

6) Enfin celui de Crocodilopolis a assisté au mariage de Joseph: "Le Sauveur qui entend participe à l'autorité du roi élevé; il amoncelle la production; il est uni à la chanteuse de Neith."

/// - ///
carte 2

XIVe DYNASTIE TANITO-XOITE

Crombette a pu voir clair dans cette dynastie où, outre le suzerain Pasteur siégeant à Tanis, cinq pharaons se partagèrent le Delta comme le montre la carte 2, et régnèrent à Memphis, à Damanhour, à Xoïs, à Bubaste et à Péluse. Comme dans le cas de la XIIIe dynastie, nous n'étudierons que les pharaons qui parlent de Joseph et qui sont de même les derniers sur chaque trône. Il y en eut quatre:

1) Le quinzième roi de Memphis a un nom qui s'interprète: "Celui qui s'en tient au grand rite antique, le meilleur, lequel suffit." Le grand rite, c'est l'adoration par Joseph de l'Eternel auquel il fut fidèle toute sa vie durant.
2) Le dernier roi de Damanhour parle de Joseph: "Celui qui a fait les parts de la nourriture avec habileté, qui a la crainte et la protection du Dieu qu'il faut honorer, redoutant pour l'avenir, a pris des dispositions pour que les récoltes élevées soient amoncelées."
3) Le seizième roi de Xoïs l'évoque également: "Celui qui divise en parts la nourriture avec habileté et qui obéit au Dieu qu'il faut honorer, compatissant, sur des présages redoutant pour l'avenir, a pris des dispositions pour faire provision des récoltes jusqu'à ce moment." et encore: Celui qui possède le grand pouvoir, qui a été mis à la tête d'une région principale par celui qui conserve en bon état des monceaux de froment pour couvrir d'avance d'un grand péril, le Protecteur qui a entouré la contrée basse d'une construction plus importante que l'antique, -la digue du Fayoum - le grand savant qui répand sur le troupeau dont il est le seul chef l'excellence de ses dons et qui est semblable au chef suprême sublime chef généalogique;" et enfin:"Le grand savant équitable l'a placé comme chef sur un compartiment du pouvoir donnant la loi suprême à la multitude." Nous verrons à propos de la XVe dynastie que Joseph fut un des plus grands savants de tous les temps.
4) Le seizième roi de Péluse fut ministre de Joseph: "Celui qui fait les parts de la nourriture avec habileté, qui a la crainte et la protection du Dieu qu'il faut honorer, redoutant pour l'avenir, a pris des dispositions pour que les récoltes élevées soient amoncelées."

XVe DYNASTIE DES PASTEURS

Les rois pasteurs sont très mal connus des égyptologues qui ne soupçonnent pas que c'est durant leur suzeraineté que l'Egypte atteignit le faîte de sa puissance. Leur fondateur était Salitis, fils de Sesostris 1er et de Iô, fille du roi d'Argos. Il résidait à Tanis dans le Delta et comme il commandait dans sa ville surtout à des soldats hittites et syro-phéniciens dont les peuples se livraient à l'élevage, lui et les rois de sa dynastie reçurent le nom égyptien de Ho-Keh-Schôsch qui signifie "Les chefs qui dirigent les pasteurs", dont les Grecs ont tiré le nom Hyksôs et que les historiens ont appelé plus communément Pasteurs.

Mais les Egyptiens qui n'aimaient pas les hommes qui se livraient à l'élevage, qui n'admettaient pas d'être gouvernés par des rois en partie d'origine étrangère et qui jugeaient intolérable que ceux-ci donnent la priorité au dieu Seth, n'eurent de cesse de les renverser et d'effacer les traces de leur royauté. Les égyptologues, ne déchiffrant pas correctement les inscriptions hiéroglyphiques et accordant du crédit aux calomnies de Manéthon n'ont pas soupçonné la grandeur inouïe du règne des Pasteurs.

Crombette a pu reconstituer la suite de ceux-ci grâce à Flavius Josèphe et à sa lecture des hiéroglyphes et réussi à l'accorder avec sa chronologie générale de l'Egypte qui aboutit à situer l'Exode des Hébreux en 1225.

Le premier roi de la XVe dynastie est Salitis dont le nom est à l'origine du mot sultan. Prince de Tanis, il devint suzerain de l'Egypte en 1803 après une lutte victorieuse contre des Sesostris, fils d'Ammenémès II. Il prit comme adjoint son ennemi vaincu Sesostris IV avec lequel il entreprit des conquêtes en Asie Mineure et jusqu'en Colchide qui firent du roi de Tanis le plus grand roi du monde connu. Salitis mourut en 1784.

Son successeur fut son fils Bnôn qui fonda en 1756 la XIVe dynastie et en 1740 la XIIIe, toutes deux vassales. Il épousa en 1740 la veuve du dernier roi de la XIIe dynastie et laissa la direction de l'Egypte et le soin des campagnes extérieures à son fils Apakhnan qu'il avait associé au trône dès 1740. Il mourut sans doute vers 1720.

Apakhnan dut étendre les conquêtes de ses prédécesseurs car son nom signifie: "Celui qui est au-dessus des étrangers." et il se dit le "briseur des contrées de l'orient." Devenu roi à la mort de son père vers 1720, il associa au trône son propre fils Apophis en 1708 ou 1704 et mourut en pleine bataille en 1698.

Apophis le Grand régna 61 ans et fut d'abord l'adjoint d'Apakhnan; il modifia le calendrier pour conjurer la mort de son fils prédite par ses devins qu'il eut la douleur de perdre. A partir de 1664, il eut le patriarche Joseph pour vice-roi. Il se dit: "Le chef des extrémités, le conducteur des grands troupeaux des confins du monde, qui surpasse le grand chef généalogique, premier du nom, etc.." Une autre de ses inscriptions est ainsi conçue: "Celui qui a renoncé au mois qui était en excédent à l'anniversaire, Khaion, le grand chef à travers l'Afrique, les innombrables localités dans lesquelles il y a une multitude, la Double et le cercle universel des mers; le grand maître des maisons des grands rois." C'est la définition de l'empire d'Apophis qui englobe tout le monde connu: l'Afrique, l'Asie, l'Egypte et le pourtour de la Méditerranée.

Notre pharaon termina le Labyrinthe et entreprit la construction du Sphinx de Gizeh dont la tête le représente et qui avait entre autre pour rôle d'arrêter les sables comme le confirment plusieurs inscriptions que nous verrons plus tard. Il associa son fils Sethos à son trône, lui confia la direction de l'armée et le gouvernement de l'Egypte et se réserva la direction de l'univers extérieur. Mais ses devins lui avaient annoncé que son fils mourrait d'une fin tragique et prématurée. Pour essayer de conjurer le sort, Apophis modifia le calendrier en 1597 et multiplia les précautions. Mais en 1666 Sethos mourut empoisonné. C'est sans doute à cette occasion que le grand panetier et le grand échanson furent placés dans la prison de Joseph comme le raconte Moïse dans le Livre de la Genèse et que le fils de Jacob put interpréter leurs songes avec justesse. Deux ans plus tard, Apophis fit le songe des sept vaches grasses et des sept vaches maigres que ses devins ne purent interpréter. C'est alors que le grand échanson se rappela de Joseph qui non seulement expliqua le songe, mais donna à pharaon des conseils si pleins de sagesse qu'Apophis lui confia la direction de l'Egypte et supprima tous les pharaons des XIIIe et XIVe dynasties. Très habilement Joseph les utilisa pour constituer un grand ministère en vue de prévenir la famine. Comme il y avait douze pharaons disponibles, il y eut douze ministres: de l'Agriculture, des Approvisionnements, du Ravitaillement, de l'Irrigation, du Réservoir, de la Navigation, des Prisonniers de Guerre, de la Défense Nationale, de la Main d'œuvre Nationale, des Finances, de l'Intérieur et des Cultes. Cette organisation du premier grand ministère dans l'histoire est à attribuer au génie politique de Joseph. Celui-ci fut un des hommes les plus exceptionnels de tous les temps, aussi digne dans l'esclavage que modeste au sommet des honneurs.

Les inscriptions royales de son époque nous apprennent que tout au cours de son long règne il multiplia les inventions de toutes sortes: il imagina les chalands pour le transport des marchandises et notamment du blé; il inventa la flûte à sept tuyaux et établit par ces sept notes les bases de la théorie musicale; il ajouta aux instruments à corde la caisse de résonance; il rechercha les pierres précieuses et les sources à l'aide de la baguette pour réduire le travail des mineurs et des puisatiers; il fabriqua le nard, découvrit la teinture pourpre et distilla le naphte pour en tirer un meilleur moyen d'éclairage; il conçut la lampe à mèche, le cierge de cire et la torche; il imagina le casque métallique pour protéger la tête des soldats contre les fractures du crâne et en dota toute l'armée d'Egypte; il fit creuser à travers la roche dure sous laquelle il était sûr de trouver l'eau potable un large puits de 88 mètres de profondeur qui existe encore et porte son nom; pour en remonter l'eau, il imagina la noria et la fit actionner par des bœufs; il combina la première serrure à ressort; c'est lui qui trouva le moyen de fabriquer le verre transparent et le cristal d'où il tira le prisme qui lui permit de décomposer la lumière blanche en ses sept éléments colorés, un niveau double à la fois à bulle d'air et d'arpenteur, la loupe, la lentille plan-convexe, le miroir courbe, la lunette coulissante et le télescope qui révolutionnèrent l'astronomie en lui faisant découvrir d'innombrables étoiles insoupçonnées; il prescrivit des mesures prophylactiques, etc.; il est peu de domaines de la science qui ne lui doivent leurs premiers principes. Surtout il se servit de tous ces bienfaits pour établir aux yeux des Egyptiens la puissance du vrai Dieu qu'il adorait seul. Ce qui n'empêcha pas ceux-ci de la diviniser après sa mort et d'en faire le Phénix, l'oiseau inimitable et tel qu'on n'en voit qu'un au monde tous les 500 ans.

Il est nécessaire de parler encore de deux réalisations exceptionnelles de Joseph. La première concerne les travaux qu'il fit au Fayoum. Nous avons vu qu'Ammenémès III, en vue d'assécher cette région déprimée et de la livrer à la culture, l'avait entourée d'une construction gigantesque comptant plus de 150 kilomètres de développement. Dans l'intention de prévoir la sécheresse annoncée dans le songe de Pharaon, Joseph eut l'idée de faire de cette région un immense réservoir naturel d'eau d'irrigation. Il s'agit là, comme le dit Hérodote de la plus grande entreprise jamais faite, et cela en un temps record. La digue construite autour était longue de 358 kilomètres. A ceci, Joseph ajouta le creusement du canal latéral au Nil qui porte encore son nom, le Bahr Youssouf long de 550 kilomètres. La deuxième invention capitale du Patriarche est celle de l'alphabet qui est attribuée à tort aux Phéniciens qui n'en furent que les vulgarisateurs. Avant cette initiative, toutes les écritures étaient hiéroglyphiques et syllabiques. Mais elles se prêtaient à la magie, pratique qui était interdite aux fils de Jacob, adorateurs exclusifs du vrai Dieu. Joseph eut l'idée de briser les noms pour briser la magie en décomposant les mots en consonnes et voyelles et en n'écrivant que les premières comme le firent les Juifs lorsqu'ils mirent la Bible par écrit. Cette invention de Joseph est confirmée par la signification du nom que lui avait donné Apophis qui se lit: "Celui qui a réduit l'écriture à ses premiers éléments, qui est arrivé à produire au grand jour la raison des sons" et par une inscription hiéroglyphique qui le concerne: Auparavant, les images s'adaptaient aux mots en commun et il fallait un multitude de formes. L'oracle des grands docteurs, Joseph, est venu le premier isoler les fragments qui produisent les paroles et, de ces premiers éléments, composer une série de quelques-uns."

Apophis, après avoir passé son anneau au doigt de Joseph lui fit épouser Aseneth, la fille du grand-prêtre d'Héliopolis. C'est devant le Dieu Eternel et non pas devant Rê que les jeunes époux échangèrent leurs consentements. Le clergé héliopolitain s'est incliné devant la supériorité du monothéisme du fils de Jacob; il ne lui a pas imposé les divinités égyptiennes mais s'est souvenu qu'il possédait lui-même et enseignait dans son temple une doctrine élevée se rapportant à l'essence divine d'un Etre suprême engendrant perpétuellement un second Lui-même. Mais cette doctrine admirable n'était pas enseignée au peuple qui adorait une multitude de divinités. Ainsi, avec Joseph, le Dieu d'Israël s'impose à l'Egypte adoratrice des animaux. Celui-ci réalise pour un instant la résurrection de l'unité primitive de croyance de l'humanité et y amène pour la vie une noble égyptienne dont les fils seront aussi des "enfants d'Abraham". Image lointaine du temps où un autre Joseph conduira une autre belle vierge, la vierge par excellence, portant dans ses bras le fils de l'Eternel, à Héliopolis même, dans les restes de la ville du soleil. Présage aussi de l'époque où le christianisme ayant triomphé de l'erreur païenne et transformé spirituellement l'Egypte, celle-ci sera pour plusieurs siècles le flambeau de la foi avec ses docteurs incomparables.

Combien brillante dut être l'assemblée qui assista au mariage de Joseph et d'Aseneth! Au milieu de toutes ces grandeurs qui eussent donné le vertige à plus d'un, passant brusquement de la situation d'esclave prisonnier à celle de roi suzerain, Joseph gardait ce naturel qui est l'apanage de la vraie noblesse. Il ne repoussera pas ses frères qui l'avaient vendu lorsqu'ils viendront chercher des vivres en Egypte et il fera à son vieux père Jacob des funérailles magnifiques comme en témoignent aussi bien la Bible que les inscriptions hiéroglyphiques. Joseph avait établi sa résidence à Héliopolis, à mi-chemin de Tanis où siégeait Apophis et du Fayoum dont il devait surveiller les travaux. Il n'est pas douteux que l'on devrait retrouver nombre d'inscriptions dans cette ville se rapportant au Phénix. Il était également tout proche de la terre de Gessen qui avait été attribuée par Pharaon à ses frères Hébreux. L'éclat donné à Héliopolis par Joseph dut susciter la jalousie du clergé de Thèbes qui encouragera plus tard la révolte contre lui.

Moïse dit que "Le seigneur bénit la maison de l'Egyptien à cause de Joseph et multiplia tout son bien tant à la ville qu'à la campagne." Dix ans après l'accession de Joseph au pouvoir en 1664, les Hittites qui n'étaient autres que les Pasteurs, faisaient la conquête de Babylone et y fondaient une dynastie qui durera jusqu'à la mort de Joseph. Enfin c'est à l'avènement de celui-ci que fut rédigé le Papyrus de Turin qui résume tout le passé de l'Egypte antérieur à cette date.

Quand Apophis le Grand mourut, c'est son petit-fils Kertos qui lui succéda. Jacob suivit Apohis dans la tombe en 1638. Sous le règne de Kertos la paix et la prospérité continuèrent à favoriser l'Egypte grâce à Joseph. Kertos fit sculpter la tête de son grand-père sur le Sphinx de Gizèh et inaugura ce monument à l'occasion du centenaire de la réforme du calendrier en 1597. Le nom de Kertos peut s'interpréter "Celui qui est privé d'enfant." il ne cessa de faire prier pour avoir un héritier mâle mais ne fut pas exaucé et associa à son trône son neveu Aseth. En 1597, lors de cérémonies en l'honneur d'Apophis le Grand il y eut des manifestations violentes à Thèbes contre les dieux étrangers. Le roi de Thèbes appelé Amosis 1er fut exécuté. Le roi qui le remplaça, Sakeneanikos Hôros à l'instigation du clergé se révolta contre les Pasteurs. Mais Joseph partit en guerre contre lui et provoqua la fuite des troupes thébaines par le seul éclat de son visage. C'est de là qu'est venue l'expression de terreur panique car Joseph fut assimilé par la suite au dieu Pan. Mais il n'était pas éternel; en 1584, il s'éteignait à l'âge de 110 ans en même temps que s'effondrait le phare de Rhacotis. Peu après, une armée de près de 480 000 hommes conduite par le jeune Amosis venait assiéger Tanis. Amosis offrit la paix à Aseth et devenait seul roi d'Egypte et de Nubie. Aseth aurait Tanis et tous les territoires continentaux d'Europe et d'Asie Mineure; les îles méditerranéennes iraient à l'Egypte; les deux rois, celui de Thèbes et celui de Tanis seraient à égalité; en cas de guerre ils se prêteraient un mutuel appui; Tanis, ville libre aurait ses dieux, mais l'Amon thébain serait le grand dieu de l'Egypte.

Aseth vécut encore après le traité de 1579 jusqu'en 1543. Ainsi prit fin en 1579 le Moyen Empire qui fut pour l'Egypte l'époque de sa plus grande gloire puisque, grâce aux Pasteurs, ses rois, elle rayonna sur le monde connu tandis qu'à l'intérieur elle jouissait d'une longue paix et d'une prospérité croissante. A son ombre et sous l'égide de son protecteur, Joseph, le peuple de Dieu put prendre racine et commencer à se développer.

XVIIe DYNASTIE DES PASTEURS

Pendant la période où la sécheresse attendue réclamait des mesures d'organisation spéciales, Joseph avait supprimé les douze royautés vassales et les avait remplacées par douze ministères. Quand le péril fut passé, Joseph les rétablit, et les premiers titulaires furent naturellement les ministres.


/// - ///
carte 3

1) Royautés vassales de Péluse.
a) Le premier roi est Sydaphoinon-Anèbahôros dont le nom signifie: "Ayant été dans la compagnie de celui de qui vient la pourpre, il l'a élevé à la royauté." Celui-ci avait été ministre de l'Intérieur dans le gouvernement de Joseph. Son nom copte se traduit: "Il commande à la région de Daphnae et sa voix en impose à l'entour de Gerrha." Ceci montre que la région de Goshen qui faisait auparavant partie de la royauté de Péluse avait été attribuée aux Hébreux comme le dit la Bible et qu'elle dépendait d'Héliopolis où résidait Joseph. La carte 3 montre cette répartition. Le premier roi régna environ de 1656 à 1647 ou 1645.


/// - ///
figure 4

b) Le second roi de Péluse a le scarabée compliqué de la figure 4. On trouve dans ce hiéroglyphe l'évocation des funérailles de Jacob et d'Apophis le Grand et la signature de Joseph. La partie médiane a pour traduction: "Prophète, fais disparaître les infamies de la mort; qu'il soit purifié; combats les calomnies publiées; repousse comme des fauteurs de mauvais présages ceux qui feraient des imprécations; romps la volonté de faire du mal des sorciers malfaisants." Il s'agit d'une formule adressée à Joseph pour combattre les maléfices. Le nom copte de ce roi se traduit: Le prêtre dans les grandes morts des chefs puissants est roi sur une grande partie au-delà des plus grandes comportant des bassins maritimes jusqu'au fleuve qui fait irruption, Daphnae, le goulot qui touche au rempart et Anib la grande." Ce nom justifie la figure précédente. Le nom grécisé se traduit: O prodige! Sur un seul signe, par la protection divine, le torrent s'est apaisé et on a pu y marcher; son grondement est devenu compatissant quand celui qui a la sagesse de l'esprit, le Phénix, s'avançait en se lamentant." Voilà le récit d'un miracle réalisé par Joseph pour faire passer le convoi funèbre de son père à travers le fleuve Arish dont ne parle pas la Bible. C'est une préfiguration du miracle opéré plus tard par Moïse pour faire franchir le Jourdain au peuple hébreu, et c'est ce qui a amené Fernand Crombette à remettre en cause avec succès les méthodes de traduction habituelles de la Bible en supposant que celle-ci avait été écrite dans la langue copte que les rabbins après l'Exil ne comprenaient plus qu'approximativement avec l'hébreu.
c) Le troisième roi de Péluse définit dans son nom son domaine de façon semblable au précédent.
d) Le quatrième a célébré les centenaires des morts des fils de Misraïm et régné de 1626 à 1611 environ.
e) Le cinquième roi parle dans son nom du Sphinx qui arrête la marche inquiétante des sables.
f) Le sixième roi invoque dans son nom le dieu Seth pour qu'il donne un fils au pharaon Kertos.
g) Le dernier roi a un nom qui signifie: "Apophis l'a fait roi des îles." il s'agit des îles du lac Menzaleh proche de Péluse.

2) Royautés vassales de Bubaste.


/// - ///

a) Le premier roi est Amai-Paraklèôn-Saphènes-Phoinix-Tnôtihôros. Il possède dans son inscription un hiéroglyphe représentant un casque qui se lit par le nom de Joseph. C'est donc bien ce dernier qui en est l'inventeur. Cette affirmation est confirmée par le nom copte du roi qui se lit: Le chef qui aime la multitude disposée en rangs a dit de lui donner dans le temps présent pour la préserver de la mort par fracture du crâne un couvre-chef armé en cuir durci recouvert de métal." Le roi aurait été d'abord un ministre de Joseph comme le montre son nom hellénisé: "Celui qui était dans la compagnie du consolateur, du voyant en qui on peut avoir confiance, du porteur de pourpre, en a été récompensé par les honneurs royaux." Il gouverna sans doute de 1656 à 1643 ou 1647.
b) Son successeur fut Onouphis-eias-Harmakhis qui dut être contemporain d'Apophis le Grand. Son inscription est à la louange de ce dernier: "Celui qui possédait le grand pouvoir suprême, dont les possessions joignaient les deux extrémités du ciel, le chef qui embrassait les limites des grands fleuves, de qui les armes répandaient une grande terreur." Cette inscription confirme que l'empire des Pasteurs s'étendait de l'Afrique occidentale à l'Inde. Le règne de ce roi dut aller de 1647 à 1634 environ.
c) Le troisième roi a un nom qui signifie: "Celui qui est marqué d'un signe et qui est l'oeil de Dieu l'a fait Pharaon de Mendès." Ceci fait allusion à l'œil antimagique et à la signature de Joseph. Une autre inscription délimite son royaume.
d) Le quatrième roi est Khaosebarheos-Themos qui se dit: "Le grand architecte des grandes solennités des chefs morts à l'exception de celui qui a parcouru le premier." Son règne s'étendit de 1623 à 1611 environ.
e) Le nom du roi suivant fait allusion à son rôle dans l'inauguration du grand Sphinx dont nous avons déjà parlé pour le centenaire de l'accession au trône d'Apophis: "Celui qui a paré le temple d'Harmakhis qui arrête l'ensablement, que la volonté de ses pairs a délégué." Dans son nom, le roi mentionne la ville de Sahrasht-el-Koubrèh qui se traduit: "Il accuse les étrangers d'avoir volé la coupe et de l'avoir mise dans le sac du jeune homme." C'est une allusion au passage du Livre de la Genèse où l'intendant de Joseph aurait rejoint ses frères pour leur réclamer sa coupe. Nous voyons ici une nouvelle confirmation de la Bible par l'égyptologie de Crombette.
f) Le nom du sixième roi signifie: "ce qui me concerne, c'est la supériorité sur les navires passant au même endroit." Une autre inscription donne par le copte: "Accablée de la cessation de la postérité du roi suprême, la puissante maison des Apophis demeure sans changement dans un chef régulier; sa direction est utile aux nations; sans un roi suprême, les rois en opposition songeraient à mal faire; les mers ont besoin de sa protection et de sa direction; aux barques notamment un maître est utile contre des frais de passage établis outre mesure." Ce texte montre la nécessité de l'empire des Hyksos sous le règne d'Aseth pour la paix mondiale.
g) Le dernier roi de Bubaste est Apophis-Theizos-Hôros. Il régna jusqu'à la fin de la campagne d'Amosis, soit vers 1580.

3) Royautés vassales de Xoïs.
a) Le premier roi de Xoïs est Mykôkyôpoièhôros-Polosklêon. Il dut être ministre de Joseph car son nom signifie: "Les lamentations étant closes, il a été fait roi par le célèbre qui était le pivot autour duquel tout tournait." C'est ce que dit également son nom copte: "Celui qui donnait aux hommes une abondante mesure l'a fait roi sur une des parts les plus importantes à la fin de la période de tristesse où il commandait seul." C'est la confirmation par une inscription de ce qui a été dit au début du chapitre. Il régna de 1656 à 1645 ou 1647.
b) Le nom de son successeur fait allusion à la divinisation d'Apophis le Grand mort en 1647 ou 1643.
c) les deux rois suivants n'ont rien de particulièrement intéressant. Le cinquième parle du Sphinx et le sixième de son inauguration. Le septième évoque la mort de Joseph.

4) Royautés vassales de Damanhour.
a) Le premier roi était ministre des finances de Joseph et vint régner sur le trône de Ménès
b) Le second parle dans une inscription du miracle opéré par Joseph à l'enterrement de Jacob dont il fut contem- porain.
c) Le troisième roi édifia un temple à l'occasion du jubilé mais ajoute qu'il est fidèle au Dieu de Joseph.
d) Le quatrième est: "Celui qui éclaire le temple du chef des rois," c'est-à-dire Ménès.
e) Le cinquième évoque le Sphinx dans son nom grec. Son nom copte se prête à la transcription suivante: "A celui qui est fidèle on a offert la maison où les canaux arrivent à la côte de la mer, le port où ceux qui viennent du dehors se jettent, le passage et le goulet qu'il faut franchir; qui a fait aller en augmentant toujours régulièrement les impôts imputés." Cette inscription parle des canaux qui aboutissaient au port de Rhakotis, qui devait s'appeler plus tard Alexandrie et du service des douanes qui percevait des impôts.
f) Le nom grec du sixième roi signifie: "Rhakôtis est tombé en décomposition en un monceau." Le copte donne de ce fait une description plus détaillée: "A l'époque où les nuits sont considérées comme étant égales aux jours, le grand sommet qui projetait de la lumière contre les désastres, sans protection sous les agitations de la mer, est efin tombé, signe de la fin semblable du prophète qui rejetait du roi des palmes la magie contraire." Ce texte fait connaître deux événements simultanés: l'effondrement du phare de Rhakôtis dans une tempête d'équinoxe et la mort de Joseph.
g) Le septième roi évoque dans son nom la reconstruction du phare: "A la place de l'écroulé qui traçait leur route hors des brisants aux navigateurs venant à l'intérieur, il a été fait un sommet semblable au premier, éclairant deux fois mieux ensuite. " Son règne prit fin lors de l'invasion d'Amosis en 1580.

5) Royautés vassales de Memphis.
a) Nous passons maintenant au sommet du Delta. Le nom du premier roi a trois significations: "Il a été pris une décision sage: l'intelligence est reine." puis: "Le mage plus bienveillant que les autres a transféré l'abondance de ses pouvoirs au sage suprême, le prophète qui a fait les moissons abondantes." Le mage bienveillant est Apophis et le sage suprême Joseph. Enfin: "Celui qui est semblable au maître a fait roi des demeures des morts celui qui a, plus que les autres, conservé le pain pour le temps mauvais en recommandant la sobriété.' Notre roi fut donc ministre des approvisionnements de Joseph.
b) Le roi qui vient ensuite est celui des parts renouvelées: celles qui résultaient de l'installation des fils de Jacob dans la terre de Goschen. Il fut également l'ordonnateur des pompes funèbres d'Apophis le Grand. Un de ses scarabées indique qu'il prépara le cortège des funérailles de Jacob.
c) Le troisième roi a célébré les centenaires des morts de Rhèa, Osiris et Seth.
d) Le nom du quatrième roi indique que: "L'extension des sables ne cause aucun dommage grâce au don divin d'Arès." Arès est Chasluim, le constructeur de la première des pyramides grâce auxquelles la progression des sables venant du Sahara est enrayée. Mais c'est aussi ce qu'accomplissait le Sphinx plus tardif comme la tradition arabe en a conservé la mémoire.
e) Le nom du cinquième roi évoque le puits de Joseph: "O merveille! une artère dans la roche taillée à pic a été déterminée par la baguette; des vases pour puiser élèvent et sortent un nouvel écoulement de la partie la plus profonde d'une source intacte, l'eau tirée des puits étant corrompue." et encore: "Des vases-mesures nombreux ont été mis à la suite l'un de l'autre dans l'eau potable du puits d'un dépôt souterrain donnant abondamment; sur une chaîne continue, ils arrivent à la sortie pleins d'eau qu'ils rejettent par un mouvement circulaire qui est produit par des boeufs conduits à la partie supérieure." C'est là une oeuvre extraordinaire de Joseph qui demeure encore aujourd'hui dans la citadelle du Caire.
f) Le sixième roi a consacré un temple à Hathor, la déesse de la vengeance et du massacre, ce qui laisse supposer qu'il participa avec Kertos et Joseph à la victoire sur les révoltés de Thèbes. Une de ses inscriptions mentionne le rôle multiple des pyramides: barrières contre l'ensablement et tombeaux.
g) Le septième roi décéda sans doute après la chute du mur blanc de Memphis en 1580.

6) Royautés de Crocodilopolis.
a) Le premier roi du Fayoum avait été ministre de l'Agriculture de Joseph comme en témoignent ses inscriptions: "Celui qui fait les parts nombreuses, qui a fait un unique réservoir, qui sauve la vie, a fait roi celui en qui il avait confiance entre tous." Et encore: "Celui qui dirige le troupeau en quelque lieu que ce soit - Apophis - et celui qui seul révèle les secrets célestes - Joseph - ont fait du chef qui faisait produire l'agriculture, le roi de la grande quantité d'eau."
b) Le deuxième roi procéda à l'inhumation d'Apophis le Grand dans le Labyrinthe situé dans son royaume.
c) Le troisième roi, comme le précédent avait pour mission d'entretenir la digue du lac Moeris.
d) Le quatrième la restaura et le cinquième parle du Sphinx.
e) Le sixième évoque dans son nom l'inauguration du Sphinx par Kertos.
f) Le dernier roi du Fayoum parle de son rôle de conservateurdu Labyrinthe et de la mort de Joseph.

XVIIe DYNASTIE THEBAINE

Quand en 1649 la disette prit fin, les royautés vassales furent rétablies, les six trônes du sud furent attribués de préférence à des princes descendant de la XIIe dynastie. Cependant les six premiers titulaires furent choisis parmi les ministres de Joseph alors en fonction.

1) Sur le trône de Cusæ.
a) Le premier roi dut être Otheoun-Dianes-Tènodoi-Sophenes-Hôros dont le nom signifie "Celui qui indique clairement les choses -autrement dit Joseph- a fait roi celui qui restaurait les routes du lac de dérivation des eaux." Ce roi était le ministre de la main d'œuvre de Joseph. Il mentionne dans son inscription qu'il a assisté aux funérailles d'Apophis le Grand et de Jacob. Il régna sans doute de 1657 à 1637.


/// - ///

Il possède dans son nom un hiéroglyphe très particulier qui se lit: "La digue a été affermie contre les ruptures par des pieux semblables plantés dedans et réunis entre eux par le milieu au moyen de liens et par des supports en charpente." L'auteur en est: "Joseph le prophète envoyé de Dieu, le révélateur des prophéties." nous avons donc la preuve que Joseph construisit une digue au Fayoum pour constituer l'immense réservoir où il allait emmagasiner l'eau des sept années d'abondance. Il fit choix de gros troncs d'arbres pour constituer l'armature de la digue.
b) Le deuxième roi de Cusæ est Amenai-Kobos-Aeria-Aouaris-Tanis-Dosis-Exorieneos dont le nom copte signifie: "Le chef grandement aimé, celui qui nourrit la nation, l'a envoyé comme maître pour qu'il apporte intégralement à la maison d'Aouaris Tanis les tributs recouvrés sur le fleuve." D'une autre inscription relative à ce roi, on peut tirer ce qui suit et qui se rapporte également à Joseph: "Celui de qui sont venues les mers (les réservoirs du Fayoum), de qui est venu le signe, qui a fait le casque, l'inventeur ultime, a eu l'intuition qu'une longue frange fichée dans le mélange élèverait fortement l'éclairement de la lampe." Ce pharaon dut régner environ de 1637 à 1623.
c) Le troisième roi est Aei-Harmakhis-Iotès-Noopettôn-Phothyponos. Ce nom royal fait allusion à la réforme astrologique d'Apophis, à Chasluim, et à Imouthès qui étaient particulièrement honoré Cusæ. Il régna sans doute de 1623 à 1618.
d) Le quatrième pharaon est Sèkorrheôthesis-Sèthômennau-Masteyôkadès, c'est-à-dire: "Il a été établi au point d'équilibre du fleuve pour passer certainement les navires au crible et rechercher soigneusement ceux qui voudraient s'y soustraire." Il a célébré les centenaires des morts de Ludim, de Ménès et de Luhabim, et régna environ de 1618 à 1611.
e) Le nom du cinquième pharaon signifie: "Le gardien du canal à Cusæ, à égale distance sur la dorsale; il est celui en qui on peut faire confiance pour retenir les navires; il est le législateur équitable de la route." Ce roi semble avoir célébré le centenaire de la réforme calendérique d'Apophis le Grand et pris part à l'inauguration du Sphinx en 1597. Son règne a donc dû s'étendre de 1611 à 1597.
f) Le nom grec du sixième roi de Cusæ est Kèmokaraiô-Ptoèsis: "La tête aux pattes de lion épouvante." C'est du Sphinx récemment inauguré qu'il s'agit. La titulature complète du roi se traduit par le copte: "Harmakhis, dont la grande figure redoutable aux monceaux dommageables est capable de dompter les sables, qui imposait des ordonnances à la multitude des troupeaux des nations, qui avait le pouvoir de placer une grande figure dans le ciel était devenu grand céleste avec les premiers seigneurs; le maître de l'arbre généalogique d'Avaris lui a donné la grande région de la girafe où le chef généalogique bienheureux, digne de grande adoration, Ménès, pour exclure les jalousies et les violences à la suite de sa mort, grand sage, avait partagé régulièrement le pays en trois maisons, afin que ce grand roi céleste, qui a produit les généalogies de l'Egypte, veuille bien prendre grande attention au sublime chef généalogique, grand maître des maisons de la vallée, qui gouverne avec grande sagesse également les grands pays éloignés et le pays qui est devenu le plus grand, qui possède le grand pouvoir sur le divin aussi bien que sur ce qui est d'en bas, lequel est demeuré sans engendrer. En vue d'affermir la tranquillité du siège principal des Apophis, le maître l'a établi roi sur cette part très importante pour dire en toute circonstance au premier homme qui a été si grandement ardent, de faire qu'il en vienne à concevoir le fils aîné qui est nécessaire pour donner à la multitude disposée par classes des pays un législateur." Il régna probablement de 1597 à 1590.
g) Le septième roi est Hairesis-Apophis-Eiresia-Koskineyhôros; c'est-à-dire encore une fois: "Apophis a fait choix de lui comme roi pour passer au crible le mouvement des navires." Et le nom copte du roi se traduit: Celui qui était chef avec le chef supême, Apophis, est devenu roi suprême, sa maison s'ajoute à la maison du défunt déclaré sans aucun doute juste et semblable aux chefs antiques dont il a observé les traces. Le chef semblable aux chefs suprêmes et leur adjoint, le grand chef céleste est mort, la grande maison royale des Hyksôs est dans l'affliction, pareillement le sont les rois des parts très importantes." Notre pharaon mentionne ici que Kertos, qui s'était associé Aseth, est mort et que Joseph, leur associé, est également décédé. Son règne se situe de 1590 à 1580, date de la conquête d'Amosis.

2)Royautés vassales d'Hypsélis
a) Le premier roi sur ce trône est Setapothesis-Aisepos-Horos, nom qui signifie: "Joseph l'a fait roi de Seth (chef-lieu du XIe nome) lorsqu'il s'est démis de sa charge." Nous trouvons dans cette inscription un renseignement utile sur les méthodes de gouvernement de Joseph: Lorsque la période de disette eut pris fin, l'habile vice pharaon ne nomma pas directement ses ministres rois régionaux; il commença par leur demander à tous leur démission. Notre premier roi d'Hypselis semble avoir été antérieurement le ministre de la navigation. Comme il a dû assister aux funérailles d'Apophis le Grand, son gouvernement a pu s'étendre de 1656 à 1647 ou 1643 environ.
b) Le deuxième roi d'Hypselis est: Nomasos-Kertos-Harmakhis-Yios-Etèshomotaghôros; c'est-à-dire: "Le Pasteur Kertos, descendant d'Harmakhis, l'a placé sur le même rang royal que ses parents." Un passage de l'inscription de notre roi peut s'interpréter: "Le grand maître qui fait les attributions dans l'intérêt de la nation a réservé six grandes localités comme sièges pour les excellents rameaux semblables venus des célestes." Ceci confirme la répartition par Joseph des douze trônes en deux branches égales. A plusieurs reprises le roi fait allusion à des initiatives de Joseph, notamment au doublement des canaux. Il parle aussi des écluses. Or le surnom donné à Joseph par Pharaon peut se comprendre: "La grande porte qui a pour but de régler la distribution de l'eau." C'est donc Joseph qui a sinon inventé , du moins perfectionné les écluses. Notre pharaon monte sur le trône en 1647 ou 1643 et mourut en 1635 au moment où il se préparait à célébrer le jubilé de cette année. Il avait accompagné Jacob à sa dernière demeure en 1638.
c) Le troisième roi est Ménysineatos-Korythos-Saoarès. Son nom signifie: "Kertos, sauveur des guerriers, qui a donné une désignation à la dernière extrémité." en effet il remplaça au pied levé son prédécesseur. Son règne s'étendit sans doute jusqu'à 1626.
d) Le quatrième roi s'appelait: Kério-Apaithôis-Thetèphôtos, ce qui signifie: "De la cire enflammée et dedans une corde tressée donne de la lumière." On trouve là la description du cierge. Une transcription copte va confirmer et préciser celle du grec: "Les parois des alvéoles des abeilles, façonnées en longueur et coupées à la mesure, où l'on a introduit un cordon retors, offrent une grande flamme." Il semble bien que ce soit Joseph qui ait inventé le cierge. Le règne de notre roi dut s'étendre de 1625 à 1618.
e) Le cinquième roi est Sèkorhizathesis-Naopoionéos-Somathinitès-Taytheotès. Le sens de ce nom est: Celui qui a restauré l'habitation du dieu au lieu de sépulture de celui qui a posé les fondements, où est le corps du thinite, grand divinisé." Il s'agit de la tombe de Ménès qui devait se trouver à Chemnis. En raison des anniversaires qu'il a célébrés, ce roi a dû régner de 1618 à 1611.
f) Le sixième roi est: Mesos-Isasi-Typhodès-Hôros. Son nom copte signifie: "Celui qui est le maître d'une grande armée, devant la fissure où se précipitent les méchants pour causer la ruine, offre une grande protection." En effet, les Bédouins Ababdeh avaient la possibilité de faire des incursions dans la vallée du Nil par un vallon desséché dépendant du royaume d'Hypselis. Le règne de ce pharaon put s'étendre de 1611 à 1601.
g) Le septième roi est: Syzygos-Neôneiainaos-Hôros. Ce nom signifie: "Le roi dont la maison est parcourue par un écoulement partant d'un même tronc en deux branches." ce point de départ était Sôhâg ou Syis, tête du canal doublant le Nil. La mission principale du roi consistait comme le dit son nom copte à "garantir le tronçon du canal à travers son domaine, à écarter les sables, extraire la vase qui s'y est introduite, conserver aux eaux leur cours, assurer la réfection régulière des berges en temps déterminé." Ce programme du roi est celui que Joseph avait imposé à toute l'Egypte dont il a été considéré comme le grand hydraulicien. Ce roi d'Hypselis semble avoir trouvé la mort dans la guerre entreprise en 1590 par la révolte de Thèbes alors qu'il était resté fidèle aux Pasteurs et barrait la route à son turbulent voisin Sakeneanikos. Crombette a été frappé par la présence dans l'inscription de ce roi d'un globe oculaire. Ce hiéroglyphe signifie à la fois le rejet des incantations magiques et l'invention de la loupe comme le révèlent deux sens de cette inscription: "Que les attaques contraires à la pitié soient écartées de lui; publier ce qu'il a fait de régulier; prive du pouvoir de jeter le malheur par la magie mauvaise; rejette les accusations à l'extrémité en présence des premiers grands divinisés et des dieux suprêmes , donne lui d'habiter la maison des célestes." et encore: On voit jusqu'à une distance extrême par la découverte de la loupe (ou de ce qui grossit beaucoup les images des mansions d'étoiles) les petites étoiles sont révélées à cette heure même à un grande distance." Ceci montre que c'est Joseph et non Galilée qui a inventé le télescope.
h) Le huitième et dernier roi d'Hypselis fut Naphtahapheggos-Iôsèporheos, ce qui signifie: Joseph a distillé le naphte pour faire de la lumière." Ce procédé chimique fut la dernière invention du grand Hébreu, comme une lampe lance une grande flamme avant de s'éteindre. Le règne de ce roi, commencé en 1590 prit fin vers 1580.

3) Royautés de Thèbes.
Nous voici arrivés à la branche thébaine, celle qui a donné son nom à la dynastie et d'où sont sortis les pharaons qui ont mis fin à la XVe dynastie des Pasteurs.
a) Le premier roi est Ammôninis-Amatheoy-Laosepha-Seypheygôseth-Theotès dont le nom signifie: "Celui qui fait voir au peuple l'ensemble des dieux enfants d'Amon; qui secoue ceux qui fuient Seth le divin." Il y avait donc à Thèbes des gens qui ne voulaient pas adorer Seth le dieu préféré des Pasteurs. Notre pharaon a dans sa titulature le signe hiéroglyphique /// - /// où la canal d'irrigation est double, ce qui laisse à penser qu'avant de régner à Thèbes il avait été ministre de l'irrigation de Joseph. Une de ses inscriptions peut se traduire: "Celui qui est vraiment très aimé du grand maître qui a relevé la sépulture d'autrefois, tombée en ruines, où sont les restes de Rê et du maître semblable qui a doublé les canaux pour faire que les jardins soient inondés plus qu'autrefois; du chef suprême protecteur des grandes embouchures et du chef semblable qui nourrit." La roi de Tanis avait fait réparer la grande tombe annulaire de Misraïm en vue du cinquième centenaire de sa mort célébré en 1645. Notre roi a régné de 1656 à 1645.
b) Le deuxième roi de Thèbes est Nikétès-Okhos-Reôeithai-Tomosaos-Eônhôros. Ce qui signifie: "Le vainqueur (le Pasteur) et le refuge (Joseph) ont dit que si leur lignée était légitime et si leurs parchemins étaient bien conservés, ils pourraient être rois." Ceci montre que l'usage des papiers de famille remonte à la plus haute antiquité. La traduction par le copte donne: "Celui qui dirige les troupeaux en tous lieux, le rejeton du premier sublime chef généalogique, l'antique Anak, a énoncé justement - et le grand sage qui a produit les moissons a dit être d'accord - que les deux pays supérieurs seraient le partage des alliés qui serrent de plus près, parmi d'autres, le premier soleil." Le règne de notre pharaon peut s'étendre de 1645 à 1634 environ.
c) Nous trouvons comme troisième pharaon de Thèbes de 1634 à 1621 environ celui dont le nom est Théôthésis-Sésostris-Theotimakhis-Yiosakhaiahôros-Kairiôs-Sèthtètos-Thanasimos-Sésostris-Sèthotètos-Dianemèsis-Akèhôro-neos. Ce qui se traduit ainsi: "Les dieux sont en conflit. Séthos pousse Osiris dans un coffre et dans le Nil. D'où combat des dieux: le fils d'Isis Hôros de parties du corps essentielles prive Séthos; mortellement atteint, Séthos s'enfuit; Sèthôs est privé de son partage qui remet en état Hôros le Jeune." c'est le résumé de la mort d'Osiris en 2125 et de la lutte qui en résulte entre Seth et Horus le Jeune, dont notre roi célébra le cinquième centenaire.
d) Le quatrième roi est Naopoinios-Symmousomysis-Hôros, ce qui signifie: "dans le temple rouge on a chanté ensemble les rois devenus silencieux," autrement dit on a groupé dans une même cérémonie les anniversaires des morts des fils de Misraïm sauf Osiris et Seth. Le règne de ce pharaon s'est donc apparemment étendu de 1621 à 1611. Son nom copte a une signification cachée contre les Pasteurs: "Grand rejeton de l'unique, toi qui as déchiré les navigateurs, donne la mort aux pervers qui ne quittent pas les canaux."
e) Le cinquième roi est Nomakoekèghos-Erkhatai-Harmozôeikômeteôros. Le sens de ce nom est comme en copte: "Ayant observé une région de la campagne découverte au bord du désert qui se rétrécissait, le rejeton d'Harmakhis a imaginé de faire en regard sa statue comme grande préservation." Il s'agit évidemment du Sphinx alors en construction.
f) Le sixième roi est Sôs-Etheirôxoanoy-Hôros dont le nom signifie: "Le Protecteur l'a fait roi pour prendre soin des statues des dieux." Son nom copte se lit: "La multitude disposée par classes brûle de combattre et fait un grand bruit de voix." Il s'agit des soulèvements de 1597 qui eurent pour épilogue l'exécution du roi.
g) Le septième roi de Thèbes est Sakenoanikos-Hôros qui se révolta contre le roi Pasteur et fut vaincu par Joseph au cours d'une bataille où il eut le crâne fracassé. Une inscription relative à ce pharaon se lit: "Celui qui est venu mettre fin à la grande solennité du divinisé qui a donné une figure par un assemblage qui est à la fin de la multitude des mansions disposées en ordre, et également faire un sacrifice au premier père, dieu éminent, émigrant, resté dans la vallée qui lui plaisait beaucoup." Par ce texte, le roi nous confirme qu'il y eut un soulèvement à Thèbes à la fin du règne de son prédécesseur au cours des fêtes du centenaire de la réforme astrologique d'Apophis le Grand et de l'arrivée de Misraïm sur le Nil, c'est-à-dire à l'époque du solstice d'été 1598. Il fut chargé d'achever la cérémonie restée en suspens. Une autre inscription relative aux mêmes faits nous dit: "Profitant de la réunion dans l'antique résidence du premier dieu pour faire un sacrifice à celui qui avait fait une figure céleste, des séducteurs, venus dans l'intérieur du temple, ont produit un grand soulèvement contre d'autres dieux éminents; le roi a frappé les méchants et le reste du troupeau a été aplani." Cette inscription contient un niveau d'eau dont l'inventeur est Joseph, qui a aussi découvert le procédé de fabrication du verre aux environs de 1600 avant Jésus-Christ.
h) Le dernier roi de Thèbes est Apophis-Sèmeioneos-Hôros qui déclare dans son nom qu'il a reçu la grande localité pour la préserver des méchants. Il est sans doute l'Agénor qui de roi de Thèbes devint roi de Sidon.

4) Royauté vassale de Silsilis.
Dans le royaume de Silsilis, nous voyons successivement:
a) Noubystès-Sethos-Aphiehôros, dont le nom signifie: "L'initié aux mystères de Seth a fait roi le consécrateur." En d'autres termes: Apophis a fait roi celui qui était ministre des cultes. Il régna environ de 1656 à 1645.
b) Soros-Kenotaphos-Naophos-Mèdos-Makhè-Arès-Ouameusis. Il est: "Celui qui entretient le feu sacré devant le cénotaphe qui contient une urne cinéraire du combattant qui était Arès lui-même surpassé." Apophis le Grand aurait donc été incinéré. Notre roi régna de 1645 à 1632. Au milieu de son règne "il conduisit à sa dernière demeure à l'étranger, avec une multitude le grand chef des troupeaux," c'est-à-dire Jacob mort vers 1638.
c) Kèpeunaos-Hôros qui régna probablement de 1632 à 1625 et dont le nom copte signifie: Celui qui a été fait roi sur la part très importante du propriétaire qui a donné la charrue à la terre." Luhabim, fils de Misraïm , dut inventer la charrue à El-Kab vers 2125 et donc notre roi qui régnait sur cette ville 500 ans plus tard rappelle cette invention.
d) Sobèkhôsis-Theagès-Aèmpsychosis-Arès dont le nom est l'invocation suivante à Eileithyia, déesse d'El-Kab en faveur de Kertos resté sans héritier: "Hâte-toi, déesse des naissances, de combler les désirs d'Arès de donner la vie." Son règne s'est sans doute étendu de 1625 à 1611.
e) Saokhazôyios-Ergôdia-Iôkathosios-Nehôros; qui signifie: "Le Protecteur, privé de fils, pour cette affaire difficile a envoyé un nouveau roi se dévouer." C'est aussi ce que dit le copte: "Le maître du troupeau qui a affranchi le sommet de la tête en lui donnant le casque, l'a envoyé pour invoquer beaucoup et fermement afin que soit envoyé au grand roi un premier rejeton régulier." Règne probable: 1611-1597.
f) Saos-Diadokhos-Rhezeineis-Hôros qui signifie: "Le sauveur l'a envoyé offrir un sacrifice comme roi remplaçant." et en copte: "Le maître du troupeau l'a envoyé se mettre en possession entre la première cataracte et l'endroit où la vallée fait une inflexion et faire un sacrifice en se mettant à la place du roi." Une autre inscription se lit: "Kertos, jeté dans la tristesse d'être sans rejeton a fait roi un savant en prédictions pour qu'il lui en arrive un." Son règne semble avoir pris fin en 1590.
g) Naphthapheggos-Naukharis qui régna environ de 1590 à 1580. Son nom rappelle la distillation du naphte par Joseph pour améliorer l'éclairage du phare de Rhacotis, ancien nom d'Alexandrie: "La lumière du naphte brille aux navigateurs, réjouit les navigateurs, est un bienfait pour les navigateurs." En copte on trouve: "Le prophète, en distillant le naphte d'une certaine manière a fait aux navigateurs une grande lueur."

5) Royautés vassales de Meae.
a) Dans le royaume de Meae nous voyons d'abord Mesithipotès-Hôros dont le nom signifie: "Le roi qui a demeuré au bord de la mer qui est au milieu des digues," et en copte: "L'administrateur supérieur qui demeurait au Labyrinthe en vue de garder le bassin." C'était donc le ministre du Réservoir chargé de veiller au bon entretien des digues et au fonctionnement régulier des écluses. Il déclare qu' "il était très aimé d'Apophis le Grand et de Jacob et qu'il a été le préféré de la troupe des associés." C'est qu'il a vu les funérailles de ces deux chefs et a régné de 1656 à 1634.
b) son successeur fut Menammanemos-Arasèmeioneyos dont le nom se comprend: Celui qui est fermement attaché aux Pasteurs de sa signature a fait un signe vers l'effet des malédictions." C'est donc bien à partir de l'époque des funérailles de Jacob que la signature de Joseph a été utilisée en Egypte contre la magie noire. Son règne probable fut de 1634 à 1626.
c) Le troisième roi de Meae est Karyx-Neopôy-Nahôros; il est: "Le roi du temple ou de la demeure de celui qui a annoncé qu'il fondait en divers lieux de nouveaux troupeaux." Ce texte parle d'Osiris qui a colonisé l'Afrique dont notre pharaon occupait la demeure. Celui-ci régna de 1626 à 1612 ou 1611.
d) Le quatrième roi a un écusson compliqué qui se lit: Kleistos-Aphiôsèkoèthos-Lakhxoïs-Diadysis-Anapaysis-Porokhèlinos-Demaepôsis-Aeitasômthyra. Il se traduit: "Une verge de fer qui fait des sauts (c'est-à-dire une tige métallique à ressort) insérée dans l'habitation est une excellente défense. Auparavant quand venait un voleur, on était exposé à ce qu'il fît tomber la barrière de protection. Le grand chef envoyé du ciel, aux anciens verrous des habitations en a substitué un nouveau, plus fort que les autres; passer la seuil d'une habitation qui a une telle protection est impossible aux méchants." Le nom grécisé se traduit de même: Un instrument qui fléchit pour fermer une porte permet de tenir close la demeure. Une petite serpe s'insinue; elle est arrêtée au passage par une encoche et emprisonnée quand on pousse la porte contre le fronton et les côtés d'appui." L'écusson contient un signe hiéroglyphique qui représente le fameux crochet de serrure inventé par Joseph. Une nouvelle transcription du nom de notre pharaon est la suivante: Celui qui possède le pouvoir et à qui il est donné d'envoyer des chefs sur le troupeau des régions, l'a fait maître sur la grande muraille antique des monts pour protéger la double vallée des ennemis, rejeter les méchants; plus que les autres, il a abattu la multitude des misérables pervers qui le redoutent; il est le protecteur des éminentes maisons divines." Notre roi a dû régner de 1612 ou 1611 à 1601.
e) Le cinquième roi de Basse-Nubie est Neôkeôbrias-Sesostris. Son nom a le sens suivant: "La force de Sesostris fait refluer ce qui se répand en monceaux." Le texte peut se rapporter aussi bien au Sphinx qu'à un roi arrêtant les envahisseurs. Règne probable de 1601 à 1597.
f) Sixième roi: Athotheoy-Kenokeneônos-Neiokôsis-Hôros; il est: "Le roi qui a renouvelé la construction de la digue et qui a fait sortir les Troglodytes de la demeure des dieux." ce roi a dû tremper dans la révolte d'Amosis et mourut en 1590.
g) Le dernier pharaon de Basse Nubie fut Saos-Apophis-Takhôs-Hôros, c'est-à-dire: Apophis l'a fait roi pour sauver de ceux qui sont rapides." Il fut contemporain de la mort de Joseph. Règne probable de 1590 à 1581.

6) Royautés vassales de Napata.
a) Le premier roi de Napata a pour nom Nobatès-Sôs-Tiarès-Keleysis-theotès; c'est-à-dire: "Celui qui commande avec une sagesse divine a donné la tiare de Nubie à celui qui met à l'abri du danger." Ce texte indique que notre pharaon avait d'abord eu le portefeuille de la guerre dans le ministère de Joseph. Son règne s'étendit environ de 1656 à 1645.
b) Le second roi de Napata se nomme Saos-Neioporès-Tiarès, ce qui signifie: "Le protecteur a donné la tiare à celui qui était inoccupé." ce roi a un autre nom copte qui se traduit: Le grand guerrier d'Aouaris l'a fait chef des sommets pour la vie." Le roi prend aussi un nom dérivé de celui d'Osiris: "Osiris le roi des amas de montagnes d'où vient certainement l'eau à terme." il a régné environ de 1645 à 1634.
c) Le troisième roi est Hôroneos-Etheliokheos, c'est-à-dire: Le roi restaurateur qui protège contre ceux qui font pleuvoir des flèches." Ce roi aurait été envoyé dans le sud pour repousser les incursions des peuples armés d'arcs. Règne probable de 1634 à 1623.
d) Quatrième roi: Naopoios-Nauhôros-Symbolneophytoy. Il est: Celui qui a construit un temple au navigateur et aux rois qui ont rassemblé de nouveaux rejetons," c'est-à-dire à Naphtuim et à ses frères, chefs généalogiques, dont la mort a suivi la sienne. Règne probable de 1623 à 1611.
e) Cinquième roi: Mennikètèpotes-Sobeôareios. Ce roi a des inscriptions signifiant: "La statue posée à la limite arrête derrière sa masse l'avance du désert et préserve du dommage le cours des eaux." il s'agit évidemment du Sphinx dont l'inauguration eut lieu en 1597. Le nom royal a pour sens obvie: Le juste aimé qui produit les moissons et commande aux maisons, l'a mis à la tête de la lointaine région montagneuse et boisée et des eaux aberrantes et variables pour les préserver des invasions."
f) Le sixième roi, Baithoy-Napaios-Saoseyios est celui qui donna asile à la veuve et à l'orphelin du pharaon thébain exécuté en 1597. Allié par la suite au roi de Thèbes qui se révolta en 1590, il dut mourir avec lui la même année;
g) Le dernier roi est Apophis-Neoareios: "Apophis le nouveau guerrier contre Arès." Ce pharaon a un autre nom plus compliqué dont la traduction par le copte est la suivante: "La voix du fils de Jacob, devenu roi d'Egypte, qui était venu prophétiser les moissons abondantes et les moisons dépouillées s'est tue; le seigneur suprême Apophis a pratiqué avec la multitude disposée par classes comme pour un grand roi." Notre pharaon a donc assisté aux funérailles de Joseph en 1584. Son règne se termina en 1581 lors de l'invasion d'Amosis.

En conclusion, nous voyons que l'égyptologie de Fernand Crombette montre que la Bible n'a pas tort en parlant du séjour des patriarches et des Hébreux en Egypte. Nombre d'inscriptions sont des hymnes à la gloire de Joseph, bienfaiteur de ce pays et génie que même Moïse n'évoque pas avec autant de détails dans le Livre de la Genèse. Les auditeurs qui souhaiteraient approfondir ce sujet peuvent lire avec profit soit le deuxième tome de la Véridique Histoire de l'Egypte Antique soit le Joseph, Maître du Monde et Maître-ès-Sciences.

Ceshe - 2020