Testata


De la revue Science et Foi - n° 100 - juillet 2011

Galilee clot lui-meme l' “affaire galilee”

Y. NOURISSAT


Dans son ouvrage si riche, Galilée avait tort, l'Eglise avait raison, dont nous avons déjà publié des extraits, l'auteur Sungenis évoque (page 211 du volume II) une des dernières lettres conservées de Galilée dans laquelle il montre qu'il a renoncé entièrement et sincèrement au système de Copernic. Nous livrons donc au lecteur un échange de lettres tiré des œuvres complètes du savant "Le Opere Di Galileo Galilei, 1968, Vol XVIII P.316" traduit de l'italien en anglais par le Père Brian Harrison.

Comme nous introduisîmes la conversion de Galilée au géocentrisme au chapitre I, nous en ajouterons un épisode ici quand nous finissons l'histoire de Galilée.

Un fait inconnu de presque tous les lecteurs modernes et même de la plupart des histoires est que juste un an avant sa mort Galilée fit connaître clairement à ses alliés antérieurs où il en était au sujet de la cosmologie. Le 29 mars 1641, Galilée répondit à une lettre qu'il reçut de son collègue Rinucini, datée de 23 mars 1641, contenant des découvertes faites par l'astronome Giovanni Pieroni concernant le mouvement de parallaxe de certaines étoiles dont Rinuccini et Pieroni croyaient qu'ils avaient découvert une preuve du système héliocentrique. Rinuccini écrit à Galilée:

Votre illustre Excellence, le Sieur Giovanni Pieroni m'a écrit au cours des mois qui viennent de s'écouler en disant comment il avait clairement observé avec un instrument optique la mouvement de quelques minutes ou secondes dans les étoiles fixes, mais juste avec ce niveau de certitude que l'œil de l'homme peut atteindre en observant un degré. Tout ceci me procura un grand plaisir et témoigna un tel argument pour la validité du système de Copernic ! Cependant je n'ai pas éprouvé de légère confusion à cause de quelque chose que j'ai lu quelques jours auparavant dans une librairie. Il m'arriva de jeter un coup d'œil sur un livre qui est maintenant juste sur le point d'être édité. Selon l'auteur, s'il était vrai que le soleil est le centre de l'univers et que la Terre se déplace autour de lui en un an, il s'ensuivrait que nous ne devrions jamais être capables de voir la moitié de tout le ciel la nuit, à parce que la ligne traversant le centre et les horizons de la Terre touchant la périphérie de la grande orbite est une corde d'un segment d'arc de cercle du ciel étoilé, dont le diamètre traverse le centre du soleil. Et étant donné que j'ai toujours cru que c'est vrai - n'ayant pas été témoin de ce fait — que la première [étoile] — de la Balance monte en même temps que la première [étoile] du bélier se couche, mon intelligence limitée a été incapable d'arriver à une solution. C'est pourquoi je vous demande dans votre très grande bonté, d'enlever ce doute de mon esprit. Je vous serai toujours grandement obligé. Je baise votre main avec une grande révérence. Francesco Rinuccini.


Galilée n'étant pas particulièrement ému par les arguments écrit cette surprenante réponse à Rinuccini:

La fausseté du système de Copernic ne devrait pas être remise en question surtout pas par des catholiques, étant donné que nous avons l'autorité inébranlable de l'Ecriture Sainte interprétée par les théologiens les plus érudits dont le consensus nous donne une certitude concernant la stabilité de la Terre, située au centre, et le mouvement du soleil autour de la Terre. Les hypothèses employées par Copernic et ses disciples en soutenant la thèse contraire sont toutes suffisamment rebutées par le plus solide argument découlant de la Toute- Puissance de Dieu. Il est capable de provoquer de différentes façons en vérité des faits qui selon votre opinion et selon votre observation apparaissent provenir d'une façon particulière. Nous ne devrions pas chercher à raccourcir la main de Dieu et insister audacieusement sur quelque chose qui est au-delà des limites de notre compétence.

D'Arcetri
23 mars 1641

Ceshe - 2020